Rechercher
  • Ilana

Reconversion professionnelle et manque de sens




"Vous devez l'entendre à longueur de journée mais mon travail ne fait plus sens. Je n'en vois pas l'utilité".


Une étude menée par Chance en partenariat avec You Gov et publiée en septembre dernier visait à mieux comprendre la perception de la reconversion professionnelle.


Quelques éléments chiffrés tirés de cette étude :

  • 1/3 des Français interrogés sont malheureux au travail

  • 58% de ceux qui envisagent une reconversion se disent satisfaits ou très satisfaits par leur travail.

  • 63% des habitants de région parisienne souhaitent changer d'environnement géographique de travail


Les Principaux freins à la reconversion professionnelle :

  1. La perte de salaire potentielle

  2. L'âge

  3. La peur de l'inexpérience

  4. La peur de changer de rythme

  5. Le temps de formation

78% des parents ont envie de trouver plus de sens dans leur vie professionnelle (contre 66% des personnes sans enfant) mais leurs freins sont plus forts pour opérer un changement professionnel :

  • 42% des parents ont peur de se tromper d’orientation,

  • 46% ont peur de perdre en niveau de vie

Alors oui j'entends très souvent ce message mais cela ne veut jamais dire la même chose.


Chaque personne a des attentes différentes. Un job n'a de sens que celui qu'on veut bien lui donner !


Pour certains, leur travail n'a plus de sens car ils n'adhèrent plus à la vision stratégique de leur manager ou de leur entreprise. Ainsi, leur travail ne répond plus à un projet ou à des valeurs qu'ils identifient, qu'ils comprennent ou auxquels ils adhèrent.


Pour d'autres, notamment pour les jeunes mamans, la perte de sens fait écho à un manque de sentiment d'utilité. "A quoi sert ce que je fais ? Je travaille pour gagner de l'argent mais vu comme cela est difficile (et me coûte dans tous les sens du terme) pour moi de laisser mon bébé à une garde, j'aimerais faire quelque chose d'utile." Mais utile à qui ? A quoi ? A la société ?


D'autres encore ont un problème éthique, écologique ou sociétal. Leurs convictions ne sont plus en accord avec ce que véhicule leur entreprise. Ils souhaitent contribuer aux changements de la société, développer de nouveaux modes de consommation, agir pour des causes qui leur semblent nobles... Parfois, cette quête là est satisfaite non pas dans le travail mais dans l'engagement associatif !


Bullshit Jobs ?


On ne peut répondre à cette question. Y aurait-il un classement des jobs en fonction de leur utilité sociale ? Ce serait un débat sans fin car ce qui fait sens pour l'un ne ferait pas sens pour l'autre ! J'aurais sacrément peur de ces classements : les métiers de la culture ou artistiques auraient-ils une place dans un tel classement ? Quels seraient les critères de ce classement ?


Pour moi, l'essentiel est de faire un métier qui nous corresponde ; en accord avec nos valeurs professionnelles ; en adéquation avec l'écologie de notre système personnel (niveau de vie, rythme vie pro/vie perso, etc...) et cherry on the cake : prendre du plaisir à faire ce que l'on fait ! Voilà un travail qui fait sens !





13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout